Irène Sokologorsky, Claude Frioux, Présidents honoraires et Professeurs émérites De l’université Paris 8

Monsieur le Recteur,

Russisants de spécialité, ayant en d’autres temps effectué des études et des recherches au MGU, puis, l’un et l’autre présidé l’une des grandes universités parisiennes et, pour l’un d’entre nous, le Conseil Scientifique du Collège Universitaire franco-russe de Moscou, nous avons, à ces différents titres établi et maintenu des relations actives avec divers départements de votre établissement. Nous pensons ainsi pouvoir nous compter parmi les vétérans des échanges universitaires franco-russe.

A ce titre, l’adresse d’étudiants de sociologie de votre université qui vient de nous parvenir a retenu notre attention. Elle évoque une dégradation bien regrettable des conditions matérielles, et surtout morales et intellectuelles de certains secteurs de l’université d’Etat de Moscou. Réalité malheureusement corroborée par certains événements publics de caractère inquiétant relatés par les medias.

Connaissant et appréciant l’autorité qui est la vôtre dans le milieu académique international ainsi que le prix que vous attachez à la réputation de l’établissement que vous dirigez et à la qualité des enseignements qui y sont dispensés, nous vous faisons confiance pour prendre au sérieux la situation existante et pour y parer de la meilleure manière.

Si de telles dérives persistaient ou s’amplifiaient, entre autres conséquences graves, la qualité et la dignité des relations universitaires entre nos deux pays s’en trouveraient sérieusement compromises.

Veuillez agréer, monsieur le Recteur, l’assurance de notre bien vive considération.

Irène Sokologorsky
Claude Frioux,
Présidents honoraires et Professeurs émérites De l’université Paris 8